arrow drop search cross

Une après-midi au Centre du Patrimoine Arménien

« Vous saviez, vous, qu’environ 10% de la population valentinoise est d’origine arménienne ? » C’est à partir de cette interrogation entendue dans les rues piétonnes, qu’a commencé mon aventure à la recherche d’informations complémentaires sur ces valentinois arméniens.

Pour en savoir plus, je me suis donc dirigé tout naturellement vers le Centre du Patrimoine Arménien.

Découvrir l’histoire des civilisations et de l’exode du peuple arménien au Centre du Patrimoine Arménien

None

Depuis 2005, puis agrandi en 2018, il est installé au cœur de la vallée du Rhône, dans la partie historique de Valence. Il est notamment - mais pas uniquement - dédié à l’histoire des civilisations et à l’exode du peuple arménien. Ce lieu met en lumière l’un des moments forts de la vie de Valence : l’arrivée de nombreux arméniens en 1920 après le génocide

Dans une aile du bâtiment, je découvre le parcours permanent du Centre du Patrimoine Arménien . Je commence par me mettre dans les pas de ces familles obligées de fuir définitivement leur pays. On y entend les paroles d’adultes et d’enfants nous expliquant que leur retour au pays y est interdit.

None
None

Divers éléments ponctuent ma découverte. J’y apprends tout d’abord l’importance de certains lieux ou objets, comme le Mont Ararat ou les instruments de musique traditionnels, puis les grandes diasporas mondiales, dont celle des arméniens. Ensuite j‘entrevois pourquoi ces exilés ont choisi la France et en particulier la vallée du Rhône et la Drôme. Enfin, je devine grâce à de multiples documents, la vie valentinoise de ces arméniens exilés. Comprendre comment ils ont trouvé un travail, un logement pour finalement organiser leur nouvelle vie ici

Ce parcours est touchant, mais pas déprimant.

Il me permet surtout de comprendre la société actuelle, de connaitre les raisons pouvant pousser des peuples entiers à se déplacer et à partir de chez eux, à concevoir le monde qui nous entoure. A partir de l’exemple des arméniens, on y retrouve finalement une démarche universaliste qui résonne en moi.

None
None

Les expos temporaires au centre du patrimoine Arménien

La seconde aile du Centre du Patrimoine Arménien est consacrée aux expositions temporaires. Je n’en manque bien évidemment pas une : « Bande dessinée et immigration », « Nous et les autres », « Autres Amériques », « Empreintes »…

Elles sont souvent organisées avec des organismes de renom, comme le Musée national de l’histoire de l’immigration, le Muséum national d’histoire naturelle, Mémoires des signes et arrivent à attirer des artistes réputés comme Sebastiao Salgado ou Guillaume Herbaut.
Leur point commun ? Elles sont toutes en lien avec le vivre ensemble, et avec notre capacité à interroger le monde, à comprendre sa richesse, sa diversité, sa complexité.

Ne croyez pas que le Centre du Patrimoine Arménien ne s’adresse qu’aux adultes ou aux initiés. Bien au contraire. Une belle part est faite aux enfants, ou aux ados. Pour en profiter pleinement, il suffit d’assister à une visite adaptée, à réaliser en famille.
A titre personnel, j’ai adoré la visite appelée « la valise mystérieuse » durant laquelle j’ai redécouvert la vie des valentinois arméniens. Et ma fille redemande à faire des jeux de pistes originaux comme celui-ci.

De plus, les amateurs en culottes courtes pourront profiter, en fonction de leur âge, des ateliers de peintures sur soie, d’ateliers photo, d’ateliers céramiques ou tout simplement des livrets-jeu gratuits.

Alors n’hésitez plus et venez visiter le Centre du Patrimoine Arménien !